Massage bien-être TUI NA – 20, 21 ET 22 JANVIER 2021

380.00

FORMATION MASSOTHERAPIE BORDEAUX : Le massage Tui Na est un massage traditionnel chinois qui vise a relancer la circulation du  Qi (énergie vitale), de dénouer tensions musculaires et blocages. Au quotidien, les émotions, le stress , bon ou mauvais, qu’elles génèrent, l’alimentation et plus globalement l’environnement de vie bloquent cette circulation énergétique.

Catégories : , , . Étiquettes : , .

Product Description

Le massage énergétique TUI NA

Le massage Tui Na est un massage traditionnel chinois qui vise a relancer la circulation du  Qi (énergie vitale), de dénouer tensions musculaires et blocages. Au quotidien, les émotions, le stress , bon ou mauvais, qu’elles génèrent, l’alimentation et plus globalement l’environnement de vie bloquent cette circulation énergétique.
Dans la médecine chinoise, le Qi (aussi appelé “Souffle” ou “Energie vitale”) est l’une des cinq Substances vitales circulant dans le corps par les méridiens. Les quatre autres substances étant le Sang, les Liquides organiques, les Esprits et les Essences. Ces Substances servent à maintenir l’équilibre de l’organisme, qui s’exprime en médecine chinoise dans l’harmonie des forces de vie Yin et Yang.

Le massage Tui Na suit un protocole tonique et des techniques appuyées. Le massage suit les méridiens d’acupuncture, les articulations et les zones réflexes du corps. Le praticien utilise différentes manœuvres, dispersantes ou tonifiantes, comme en acupuncture. Il peut également agir sur une zone en relation directe ou indirecte avec une zone douloureuse précisément identifiée.

Quelques techniques utilisées lors du massage chinois :

  • le gunfa ou “rouleau” : un massage en rotation qui permet d’agir sur les tissus mous et de traiter les lésions articulaires et musculaires ;
  • le zhenfa : une technique vibratoire pour dynamiser le Qi et donc le corps du patient ;
  • l’acupression qui stimule les points d’acupuncture par des pressions avec les doigts, la main ou le coude.

Animée par Valérie DUCHAILLUT